L’application du statut d’auto-entrepreneur dans la profession de taxi

application du statut d'auto-entrepreneur

Publié le : 06 août 20184 mins de lecture

Quel statut juridique choisir pour devenir chauffeur de taxi ? Quelles sont les démarches à entreprendre pour exercer le métier d’un artisan taxi ? Grâce au service de la plateforme de chauffeur VTC en France, la profession de conducteur de taxi se modernise. La loi Thévenoud permet à la profession de perfectionner la prestation en entrant dans l’ère du numérique afin de concurrencer tous ceux qui décident de devenir chauffeurs VTC. Désormais, tout le monde peut commander un taxi en ayant recours à une application agréée. Explication.

Conditions préalables pour devenir chauffeur de taxi

La première phase pour exercer le métier d’un artisan taxi consiste à remplir certaines conditions indispensables. Il s’agit d’avoir le permis de conduire catégorie B en cours de validité, passer la visite médicale et être reconnu apte par un médecin qui est agréé par la préfecture. L’artisan taxi doit également être titulaire du diplôme de formation aux premiers secours (PSC1) datant de moins de 2 ans.

Pour devenir chauffeur de taxi, le candidat intéressé par ce job doit avoir un casier judiciaire vierge ou du moins ne comportant aucune condamnation incompatible avec la profession. Il s’agit notamment d’une condamnation définitive relative à la commission d’un délit au volant, une condamnation à une peine criminelle ou correctionnelle supérieure à 6 mois d’emprisonnement (pour escroquerie, vol, agression sexuelle, abus de confiance…).

Le chauffeur de taxi doit impérativement être titulaire d’une carte professionnelle. Cette carte s’obtient en passant l’examen du certificat de capacité professionnelle. Il est vivement recommandé de suivre une formation spéciale pour bien préparer l’examen. Intéressé par la formation taxi à Paris ? Cliquez ici pour avoir plus d’infos.

Statut d’auto entrepreneur pour ceux qui ont la vocation de devenir chauffeur VTC

Le métier de chauffeur VTC est reformé par la loi Thévenoud. Ce règlement a permis de renouveler une activité en plein essor en légalisant les plateformes de chauffeur privé. Les personnes qui souhaitent se lancer dans cette activité doivent se renseigner sur les différentes étapes et autorisations indispensables pour devenir chauffeur VTC. Cette enquête est aussi nécessaire pour savoir comment gérer sa propre entreprise de transport.

Ceux qui souhaitent devenir chauffeurs privés et obtenir le statut de voitures de transport avec chauffeur (VTC) doivent passer un examen spécifique. Pour augmenter les chances de réussir le concours sous forme de QCM et de questions-réponses courtes, il est recommandé de suivre une formation taxi à Paris.

Qualités requises pour devenir chauffeur de taxi

Un chauffeur VTC ou artisan taxi est un métier accessible aux détenteurs du permis B. Le conducteur est une personne capable de rester zen malgré la circulation routière stressante dans les grandes villes. En effet, le chauffeur de taxi doit savoir rester calme, quelle que soit la situation : embouteillages, clients agressifs, désagréables ou éméchés, pressés… Comme il est toujours en relation avec les gens, le chauffeur de taxi est une personne courtoise qui sait prendre soin de son apparence.

Le conducteur de VTC est tenu responsable de la sécurité de ses clients, il est important d’être en bonne condition physique afin de pouvoir travailler pendant les horaires décalés. Même si la plupart des taxis sont équipés d’un GPS, le conducteur professionnel doit connaître à la perfection la ville où il exerce.

Plan du site